Liste des articles
Vue 167 fois
15 septembre 2015

Des risques climatiques hautement spéculatifs

Encadré

Si, pour le secteur de l’assurance, il est très important de pouvoir modéliser au mieux les risques climatiques, c’est aussi parce que la survenue ou non de ces catastrophes sert à l’élaboration de produits financiers. Les Cat Bonds (obligations catastrophe) émis par les compagnies d’assurance et de réassurance ont pour objectif de faire couvrir par les marchés financiers une partie des pertes occasionnées par des catastrophes naturelles déterminées (ouragan, tremblement de terre, raz-de marée, éruption volcanique, etc.) au cours d’une période prédéfinie : « Ils constituent une solution complémentaire aux contrats traditionnels de réassurance pour la couverture  des sinistres liés aux catastrophes naturelles, et représentent ainsi une ressource importante pour le refinancement des très grands risques », explique Jonathan Moioli, consultant sur le secteur assurance du cabinet Solucom. Autre avantage,  et non des moindres à l’heure de Solvabilité II : « Ils permettent aux compagnies d’assurance d’augmenter significativement leurs engagements sans avoir à les porter  dans leurs bilans ni à entamer leur solvabilité ». Pour les investisseurs, ces placements peuvent également rapporter gros (jusqu’à 10 % par an), ce qui explique  qu’un nombre croissant de risques naturels sont couverts par ce mécanisme.

Articles liés