Liste des articles
Vue 913 fois
16 mars 2015

"Il y a un vrai potentiel en France pour l'assurance takaful"

Interview

Ezzedine Ghlamallah

Dirigeant de SAAFI, cabinet  de courtage en assurances, spécialiste de la distribution et de la conception  de solutions d’accès à l’assurance  et à la finance islamiques

 

L’actuariel : Y a-t-il des freins majeurs au développement  d’une offre d’assurance islamique en France ?

Ezzedine Ghlamallah : Freins techniques pas vraiment, culturels certainement, économiques au contraire, puisque la BCE indiquait  dans un rapport paru en juin 2013 que la finance islamique semblait avoir un bon potentiel en France. Le rapport annuel 2013 de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) fait état de 188 milliards d’euros de cotisations tous marchés confondus pour l’assurance  en France. Si des solutions takaful arrivaient à capter ne serait-ce que 2 % du marché, la France deviendrait le deuxième marché mondial du takaful, qui représente, d’après EY, 11,2 milliards d’euros en 2014.

L’actuariel : Peut-on concilier entièrement droit local  (en l’occurrence français) et principes takaful ?

E.G. : L’histoire et le développement économique de la France sont liés  à celle de l’assurance. La solidarité et l’assistance sont des valeurs universelles, il est donc logique de les retrouver aussi bien dans le droit local que dans les principes du takaful. Je défends la thèse que la définition du takaful correspond à celle de la mutuelle d’assurance que nous connaissons bien. En outre, il n’y pas besoin de légiférer pour créer  et distribuer des solutions takaful, le Code des assurances prévoit  des structures juridiques parfaitement compatibles.

L’actuariel : La finance et l’assurance islamiques sont souvent critiquées pour leur capacité à contourner certains écueils techniques par des instruments parfois complexes…

E.G. : Vous devez sans doute faire allusion à la technique  de la murabaha, qui consiste à acheter un bien comptant à un certain prix et à le revendre à terme au même prix majoré d’une marge bénéficiaire. Il ne faut pas assimiler la finance islamique dans  son ensemble à cette seule technique, qui d’ailleurs n’est pas utilisée dans tous les modèles takaful. Il ne s’agit pas de « contourner » certains écueils mais d’innover et de trouver de nouvelles solutions qui respectent les principes de partage des risques et d’adossement à des actifs tangibles.

L’actuariel : Pouvez-vous nous citer un exemple ?

E.G. : On peut citer le développement du marché des sukuk (pluriel  de sakk, ancêtre du mot chèque) : adossés à des actifs tangibles  et conférant à leurs propriétaires une part du profit attaché  au rendement de l’actif sous-jacent, ils représentent une véritable alternative aux obligations conventionnelles. Il s’agit d’une authentique innovation financière permettant de revenir à une finance plus raisonnée et d’enrayer la spirale de la dette.

Propos recueillis par Muriel Jaouën

Articles liés