Retour au numéro
Vue 1205 fois
14 juin 2011

Le métier d’actuaire en formation continue avec le CEA

Le Centre d’études actuarielles figure parmi les dix formations reconnues par la profession de l’actuariat.

L’actuariat est un métier. Le standard international est celui de l’actuaire qualifié (fellow ou fully qualified). C’est ce standard qui donne accès à l’Association actuarielle internationale et au passeport européen au sein du Groupe consultatif actuariel européen. L’actuaire qualifié est un professionnel expérimenté. Il a un solide bagage académique, au minimum bac + 5, lui permettant de devenir actuaire associé, suivi d’une expérience professionnelle appro-fondie (trois ans au minimum, cinq à six années en règle générale) lui donnant accès à la qualification.

Pour ceux qui n’ont pas suivi avec succès l’une des huit filières de formation académique donnant accès à l’Institut des actuaires comme actuaire associé, ils peuvent suivre les formations professionnelles du Cnam ou du Centre d’études actuarielles. Pour présenter leur candidature, ils doivent également être titulaires d’un solide diplôme bac + 5 et avoir deux ans au moins d’expérience professionnelle.

Le CEA accueille chaque année 80 candidats, dont certains issus des plus grandes écoles  : École normale supérieure, Polytechnique, Centrale, HEC, Essec, etc. « Nous recrutons des candidats ayant une formation à dominante scientifique comme des ingénieurs et des statisticiens, mais aussi des candidats de formation économique et commerciale issus de grandes écoles ou de l’université. Ils doivent avoir au minimum deux ans d’expérience professionnelle dans des domaines liés à la gestion des risques financiers ou assurantiels », explique Christian Robert, directeur des études au CEA, avant d’ajouter : « Le nombre de candidatures augmente régulièrement de 10 % chaque année depuis quatre ans. Aujourd’hui, une grande majorité des candidatures est issue du monde de l’assurance mais les profils sont de plus en plus diversifiés. »

Forte implication personnelle

La sélection est très stricte avec un examen écrit suivi d’un entretien pour évaluer les connaissances et la motivation des élèves. « Ils reçoivent une formation de deux jours et demi par mois, et cela pendant vingt mois. Les cours étant peu nombreux, ils doivent donc consacrer beaucoup de temps aux travaux personnels et aux examens de fin d’année. C’est un véritable engagement », souligne le directeur des études du CEA. Après cette période, les étudiants disposeront encore de deux ans pour réaliser leur mémoire. Ce n’est qu’une fois la soutenance passée qu’ils deviendront actuaires associés et membres de l’Institut des actuaires. Mais il leur faudra encore acquérir une expérience professionnelle dans l’actuariat – entre trois et cinq ans – pour obtenir le titre d’actuaire qualifié en France et à l’international.

Chantal Colomer

[traitement;requete;objet=article#ID=533#TITLE=Pratique]

Articles du numéro