Mémoire d'actuariat

La psychiatrie en assurance santé
Auteur(s) HERMET J-P.
Société ADDACTIS
Année 2020
Confidentiel jusqu'au 06/05/2022

Résumé
Touchant près d’un Français sur cinq, les maladies psychiatriques sont la cause de nombreux handicaps au quotidien. Outre l’impact primaire des maladies psychiatriques sur la santé mentale, de nombreuses corrélations avec d’autres actes de santé sont à prendre en compte. La santé somatique est ainsi dégradée en cas de trouble mental (problèmes dentaires, risques cardiovasculaires …). Cette étude souligne le coût important des maladies psychiatriques : les personnes avec au moins une consommation psychiatrique ont une dépense annuelle de soins 2,5 fois plus élevée que la population témoin. Ce qui en fait la deuxième population la plus coûteuse pour la compagnie d’assurance après celle consommant des prothèses dentaires. Afin de réduire les impacts de ce risque pour l’assureur santé mais aussi pour les assurés malades, l’objectif est de proposer une action de prévention adaptée et ciblée. La démarche présentée dans ce mémoire s’articule en deux étapes afin de mieux comprendre et de quantifier le risque psychiatrique d’un portefeuille d’assurance santé. Les liens entre les actes de santé, notamment entre le poste psychiatrique et les autres actes de soins de santé somatique, seront identifiés et quantifiés en utilisant le mSDA (marginalized Stackled Denoising Autoencoder). Les profils des assurés portant le risque psychiatrique seront définis par une nouvelle méthode de classification floue non supervisée du portefeuille utilisant les cartes de Kohonen. Cette méthode permet de comparer deux populations : celle considérée comme population à risque psychiatrique et celle sans ce risque. Ainsi, une action de prévention peut être dessinée à partir des besoins identifiés pour la population concernée.

Abstract
Nearly a fifth of the French population is developing psychiatric illnesses. There are many correlations between psychiatric and other health problems. Somatic health is therefore degraded (dental problems, cardiovascular risks, etc.). The aim of the study is to highlight the significant cost of psychiatric illnesses. The annual care expenditure is 2.5 times higher for a policyholder who consumed at least one psychiatric act than for a policyholder in the control population. This makes people with psychiatric disorders the second most expensive population for an insurance company after people consuming dentures. Proposing an adapted and targeted prevention action can be a solution to reduce the impact of the psychiatric risk for both health insurers and sick policyholders. This paper deals with two-step process to improve understanding and quantifying psychiatric risk in a health insurance portfolio. The links between health acts (especially between psychiatric acts and somatic health acts) are identifying and quantifying using the mSDA (marginalized Stackled Denoising Autoencoder). The profiles of policyholders with psychiatric risk is defining by a new unsupervised fuzzy portfolio classification method using Kohonen som. This method makes it possible to compare two populations: in the first hand the population concerned by psychiatric risk and on the other hand the one without this risk. Thus a preventive action can be drawn thanks to identified needs of the concerned population.