Mémoire d'actuariat

Le projet
Auteur(s) PULOC'H Julien
Société Actuarielles
Année 2019
Confidentiel jusqu'au 08/07/2021

Résumé
L'Assurance Maladie Obligatoire, les organismes complémentaires et les assurés se partagent le financement des frais de santé. Ces dernières années, ces acteurs ont subi plusieurs modifications réglementaires afin de garantir un meilleur accès aux soins aux assurés. Pour autant, certains postes présentent encore d'importants taux de renoncement aux soins : les prothèses dentaires, les aides auditives ainsi que les équipements optiques. C'est donc dans un environnement en mouvement que vient s'inscrire la réforme "100 % Santé", promesse de campagne du Président de la République Emmanuel MACRON. Celle-ci propose de changer le financement des actes prophétiques dentaires, des soins conservateurs, des équipements optiques ainsi que des audioprothèses. Trois paniers de soins seront proposés d'ici 2023 et doivent permettre aux assurés de bénéficier d'équipements sans reste à charge. La réforme "100 % Santé" arrivera avec un panel de questions dont le cabinet Actuarielles à chercher à répondre : est-ce que les postes ciblés sont sujets à un reste à charge ? Comment évolueraient les consommations si les assurés possédaient un meilleur accès aux soins ? La réforme aurait-elle un impact sur les cotisations payées par les assurés ? Afin de pouvoir étudier l'impact de la mise en place d'une telle réforme, il convient d'identifier les différents facteurs influençant le reste à charge d'un assuré sur les trois postes. Ainsi, l'âge est un facteur discriminant, mais le niveau de garantie a aussi un impact sur le montant et la fréquence des consommations. Une analyse en composante principale permet d'identifier que les personnes âgées de plus de 60 ans seront les plus impactées sur les postes dentaires et audioprothèses, et que la réforme de l'optique touchera les individus quel que soit leur âge. Une étude sur l'influence du reste à charge est proposée afin d'identifier l'effet fréquence que traduirait la mise en place d'une réforme de cette ampleur. En plus de mettre en avant l'intérêt de méthodes de data-science dans l'analyse comportementale en santé complémentaire, cette partie montre l'intérêt du reste à charge pour les assureurs. Ainsi, réduire le reste à charge pourrait augmenter considérablement le nombre de consommations, ce qui aurait un coût pour les assureurs et l'Assurance Maladie. Pour pallier cette éventualité, des coefficients d'effet fréquence sont mesurés en fonction des garanties des contrats. Afin d'estimer l'impact de la réforme dans les années à venir, une méthodologie est présentée. Les trois postes sujets au "100 % Santé" seront modifiés, avec chacun leurs particularités. Plusieurs hypothèses sont proposées. Une mesure est réalisée pour chaque acteur du financement des frais de santé. Ainsi, l'optique risque de ne pas garantir une économie comme annoncé par le gouvernement, les audioprothèses et les prothèses dentaires nécessiteront un effort de la part des organismes complémentaires. Enfin, l'évolution de la cotisation avant et après la mise en place du "100 % Santé" permet de rendre compte de l'ampleur de la réforme. Le poste dentaire devrait être le plus impacté. D'après les résultats obtenus, l'Assurance Maladie Obligatoire et Complémentaire verront leur charge de sinistre augmenter d'ici à 2023. La réforme ne pourra pas être sans conséquence pour les assurés puisque les organismes complémentaires devront maintenir un équilibre entre les prestations et les cotisations.

Abstract
Mandatory health insurance, supplementary health insurance and the insured share the costs of health care. In recent years, the health insurance field has been subject to several regulatory changes to ensure better access to healthcare. However, some medical needs have high rates of renouncement: dentures, hearing aids and optical equipment. The "100 % Santé" reform, pledged by the President of the Republic Emmanuel MACRON, is part of a changing environment. In order to change the financing system of dental prosthetics, optical equipment and hearing aids, three healthcare packages will be offered by "100 % Santé" and should allow insured persons to access to this medical equipment without having to pay out-of-the-pocket. The "100 % Santé" reform will raise plenty of questions that the firm Actuarielles wishes to answer: Does the "100 % Santé" healthcare eliminate all out of the pocket expenses? How will the behavior of the insured evolve with this better access to care? Will the reform have an impact on the contribution paid by the insured? In order to measure the impact of the implementation of such a reform, it is necessary to identify variables influencing the out of the pocket expenses concerning these three types of healthcare. Thus, age is a discriminating factor, but the level of cover also has an impact on the reimbursemet and frequency of consumption. A principal component analysis identifies that people over 60 years old will be mostly impacted on denture and hearing aid, and that an optical healthcare reform will affect individuals every age. Moreover, a study on the influence of the out of the pocket expense is proposed in order to identify the "frequency effect" of the introduction of such a reform. To highlight the value of data-science methods in supplementary health behavior analysis, this part shows the impact of out of the pocket expense for the insured. Thus, reducing the out of the pocket expense could significantly increase consumption of medical equipment, which would be a cost for insurers and mandatory health insurance. Finally, "frequency coefficients" are measured according to the level of cover. In order to measure the impact of the reform in the coming years, a methodology is introduced. The funding of the three healthcare types subject to "100 % Santé" will be modified, and each has its particularities. Several assumptions are made. A measure is carried out for each actor in the financing system of health costs. As a result, the optics should not guarantee a saving as announced by the government, and hearing aids and dentures will require a financial effort from supplementary health insurers. Finally, the evolution of the contribution before and after the introduction of "100 % Santé" makes it possible to report on the extent of the reform. The dental healthcare system should be the most impacted by the reform. According to the study, mandatory and supplementary health insurance will see their claim amount increase from 2019 to 2023. The reform will have consequences for insured persons since supplementary health insurers will have to maintain a stability between benefits and contributions.