Mémoire d'actuariat

Application de la future norme IFRS contrats d\'assurance à un portefeuille de contrats d\'épargne euros
Auteur(s) SAUGNER Grégory
Société PwC
Année 2017

Résumé
L’objectif de ce mémoire fut d’étudier l’application de la future norme IFRS « Contrats d’assurance », concernant l’évaluation et la comptabilisation des contrats d’assurance, à un portefeuille de contrats d’Epargne Euro. La future norme définit un modèle général décomposant les passifs d’assurance en trois blocs 1) un Best Estimate Liability (BEL) ou « Fullfilment Cash Flows », 2) un Risk Adjustment (RA) et 3) une Contractual Service Margin (CSM) représentant les profits futurs non encore acquis. Alors que les provisions techniques IFRS correspondent aujourd’hui principalement à une vision « coût amorti », selon IFRS 4 renvoyant aux règles comptables locales, la nouvelle norme IFRS introduit des principes d’évaluation économiques avec la contrepartie d’accroitre la variabilité des provisions techniques évaluées sur la base d’hypothèses « courantes » de meilleure estimation et donc la volatilité du compte de résultat. Cette volatilité peut également découler d’asymétries de nature comptable lorsque les variations de juste valeur des actifs sont comptabilisées en capitaux propres (OCI – Other Comprehensive Income) alors que la variation des passifs est enregistrée en P&L. Afin de limiter la part de volatilité indue en résultat, deux mécanismes ont été prévus 1) le « déblocage » de la CSM, qui permet de compenser les variations de BEL liées aux changements d’hypothèses et aux écarts d’expérience, pour leurs impacts sur les périodes futures, et 2) l’option OCI, qui permet d’enregistrer en OCI les mouvements des passifs d’assurance liée à la variation des taux d’actualisation. Pour les contrats participatifs dits « directs », le modèle général a été adapté, en particulier au regard du déblocage de la CSM et de l’option OCI, afin de tenir compte des interactions actif/passif. Le modèle applicable aux contrats participatifs directs, dérivé du modèle général, est la Variable Fee Approach (« VFA »). Afin d’implémenter le modèle VFA et tester l’efficacité des mécanismes précités, nous avons développé un modèle de projection ALM stochastique risque neutre pour l’évaluation des passifs, un outil d’analyse de mouvements entre deux périodes décomposant les écarts entre les valeurs attendues et réelles des actifs et passifs et un modèle simplifié de bilan et compte de résultat. L’étude réalisée confirme l’efficacité de ces deux mécanismes en mettant toutefois en exergue certaines limites, notamment liées aux modalités d’amortissement de la CSM, ainsi que certaines difficultés d’interprétation et de mises en œuvre. La finalisation de la norme prévue au 2nd semestre 2016 et 1er semestre 2017 sera donc une étape critique qui devra permettre d’apporter les modifications et clarifications nécessaires pour assurer des pratiques homogènes permettant une comparabilité des comptes et de la performance des entreprises d’assurance dans le référentiel IFRS.

Abstract
The objective of the thesis was to study the application of the future IFRS standard “Insurance contracts”, regarding the valuation and accounting of insurance contracts, to a portfolio of typical French euro participating contracts. The future standard defines a general model that determines the insurance liabilities in three blocks: 1) Best Estimate Liability (BEL) or « Fullfilment Cash Flows » 2) a Risk Adjustment (RA), and the 3) Contractual Service Margin (CSM) which represents the future profits not yet earned. While IFRS technical reserves currently correspond to an amortised cost measurement, based on IFRS 4 allowing for the local accounting rules, the new IFRS standard introduces some economic valuation principles which, as a result, increase the variability of the technical provisions that are computed on the basis of current best estimate assumptions, and therefore the P&L volatility. This volatility may also arise from accounting mismatch when changes in the fair value of investments are recognized in equity (OCI - Other Comprehensive Income), whereas changes in liabilities are recognized in the income statement. In order to reduce the undue volatility in P&L, two mechanisms have been designed: 1) the \"unlocking\" of the CSM, which will act to offset the BEL’s movements related to assumptions changes and experience variances, impacting future periods, and (2) the OCI option, which leads to recognize in OCI the insurance liabilities movements resulting from changes in discount rates. Regarding the “direct” participating contracts, the general model has been adapted, in particular with regards to the CSM unlocking and the OCI option, in order to take into account the asset/liability interactions. The applicable model to the direct par contracts, derived from the general model, is the Variable Fee Approach (“VFA”). In order to implement the VFA and test the aforesaid mechanisms, we have developed an ALM projection model, based on a risk neutral stochastic approach, an analysis tool assessing differences between the expected and actual values of assets and liabilities and a simplified balance sheet and income statement. The study confirm the effectiveness of these two mechanisms while highlighting certain limits, especially linked to the CSM amortisation principles, but also some difficulties of interpretation and implementation. The completion phase of the standard expected in the second half of 2016 and the first half of 2017 will be therefore a critical step, to apply certain modifications and clarifications ensuring homogeneous practices allowing for a comparability of the financial statements and performance of insurance undertakings in the IFRS framework.

Mémoire complet