Mémoire d'actuariat

Appétence au risque : méthodologie d'aide à la décision dans une mutuelle non-vie
Auteur(s) GAUGAIN Maxime
Société Mutuelle de Poitiers Assurances
Année 2019
Confidentiel jusqu'au 20/02/2021

Résumé
L'entrée en vigueur de la directive européenne Solvabilité 2 depuis un peu plus de deux ans maintenant, a incité les compagnies d'assurance à s'interroger sur la notion d'appétence au risque dans le cadre du processus d'évaluation interne des risques et de la solvabilité nommé ORSA. L'appétence au risque, qui correspond au niveau global de risque que la société est prête à prendre dans la réalisation de ses objectifs stratégiques à l'horizon de son business plan, doit être définie par l'organe d'administration, de gestion et de contrôle (AMSB). Dans ce cadre, il est nécessaire de développer des outils d'aide à la décision à destination de l'AMSB afin de lui permettre de déterminer les limites d'appétence au risque pour les métriques qu'elle aura validées au préalable. L'objectif de ce mémoire est de présenter une méthodologie permettant de mieux appréhender la variation du taux de couverture du capital de solvabilité requis (SCR) à travers la recalibration de la formule standard suivie d'une allocation de capital. En effet, le SCR est calibré sur le risque bi-centennal qui est peu parlant pour une société ce qui rend difficile le choix d'une limite d'appétence au risque pou son taux de couverture. Nous chercherons donc, à partir de la formule standard, à calculer le risque décennal de la société qui a plus de sens pour l'AMSB. Nous obtiendrons une exigence de capital que nous allouerons ensuite par module et sous-module de risques afin de déterminer la situation probable décennale de la société ce qui nous permettra de calculer le taux de couverture du SCR sachant que la société aura subi un risque décennal. La présentation des résultats de cette étude auprès de l'AMSB aura pour but d'aider au choix d'une limite d'appétence au risque pour le taux de couverture du SCR. Une fois ce choix validé, les étapes suivantes pour la société consisteront à décliner l'appétence au risque en tolérances aux risques puis en limites de risques, c'est-à-dire à allouer le capital relatif à la limite choisie à un niveau de granularité correspondant à la réalité du pilotage opérationnel de la société, et à définir des plans d'actions si les limites sont dépassées.

Abstract
The entry into force of the Solvency II Directive in January 2016 has prompted the insurance undertakings to examine the issue of risk appetite regarding the own risk and solvency assessment (ORSA) requirements. The administrative, management and supervisory body (AMSB) must give appropriae directions concerning the definition of risk appetite which could be described as the overall level of risk that insurance undertakings are willing to accept in their operations regarding their business plan. In ordr to ensure this, methods and instruments should be developed to assist the AMSB in its decision-making process relating to the setting of risk appetite limits about a set of metrics previously validated. This thesis aims at presenting a methodology which enables a better understanding of the change in the solvency capital requirement (SCR) coverage ratio based on a recalibration of the standard formula and then a capital allocation. Indeed the bicentennial risk-based approach of the SCR calculation could be difficult to exploit for insurance undertakings in order to determine which risk appetite limit to choose in relation to their SCR coverage ratio. That is why we will calculate the decennial risk based on the standard formula which seems to be a more relevant approach to the AMSB. The capital requirement so obtained will be allocated by risk modules and sub-modules in order to determine the undertaking decennial likely situation, afterwards, the SCR coverage ratio will be calculated given the fact that the undertaking wouk have incurred a decennial risk. The presentation of the results of this analysis to the AMSB members should assist them with the choice of a risk appetite limit for the SCR coverage ratio. Once this choice validated, the undertaking will have to develop the risk appetite into risk tolerances and then into risk limits i.e. to allocate the capital relating to the chosen limit to a granularity level consistent with the operational management of the undertaking, and, if limits have been exceeded, to define management actions.