Mémoire d'actuariat

Effet d\'un changement réglementaire de l\'âge de la retraite sur les garanties invalidité d\'un portefeuille de prévoyance collective
Auteur(s) TRAORE Korotoumou
Société Fixage
Année 2017

Résumé
L’objectif de ce mémoire est d’évaluer l’effet de l’augmentation de l’âge de départ en retraite à 65 ans sur les garanties invalidité d’un portefeuille de prévoyance collective. Ainsi la première partie de ce document évalue l’effet de l’augmentation de l’âge de départ à la retraite de trois ans sur les provisions mathématiques du portefeuille étudié. Les tables réglementaires de maintien en invalidité du BCAC ont été utilisées pour calculer les provisions mathématiques pour un départ à la retraite à 62 ans. Une augmentation de l’âge de départ à la retraite de 3 ans nécessite un prolongement de la table de maintien du BCAC. Il résulte de l’augmentation de trois ans de l’âge de départ à la retraite une augmentation de 45% des PM nettes de réassurance du portefeuille étudié. Afin de palier à la dégradation de ces résultats, l’assureur peut augmenter les primes payées par les assurés. C’est dans ce cadre que nous avons retarifer les contrats par un modèle de tarification de Probabilité × Charge et un tarif unique pour l’ensemble des adhérents. Les résultats de la tarification indiquent qu’une hausse des primes de 16% permettrait de compenser la hausse de l’âge de départ à la retraite. La troisième partie de ce document permet d’étudier le scénario de stress de l’augmentation de l’âge de départ en retraite de trois ans sur les exigences en capital et sur les provisions techniques de la directive Solvabilité II. Il résulte de ce scénario de stress, une augmentation de 48% des provisions techniques pour une hausse de trois ans du départ à la retraite et de 46% avec l’augmentation du tarif. Nous avons retenu le modèle de la formule standard pour l’évaluation de ce scénario de stress sur l’exigence en capital. Il en résulte, une augmentation de 1,2% du SCR pour une hausse de trois ans du départ à la retraite et de 1,4% avec l’augmentation du tarif. Cela entraîne une dégradation du ratio de solvabilité de l’assureur de 292% à 267%.

Abstract
The objective of this thesis is to evaluate the effect of increasing the retirement age to 65 on guarantees of a disability group benefits portfolio. In that regard, the first part of this document evaluates the effect of increasing the age of retirement by three years on policy liabilities of the portfolio considered. Regulatory tables of BCAC disability in maintenance were used to calculate the mathematical provisions for retirement at age 62. An increase in the retirement age of 3 years requires an extension of the holding table BCAC. Thus the mathematical provisions for retirement at age 65 were calculated from the table extended by the working group of the Institute of Actuaries. The result of the increase of three years from the age of retirement is 45% of net PM reinsurance studied the portfolio. To overcome the degradation of these results, the insurer can increase premiums paid by policyholders. It is in this framework that we repriced contracts. We have implemented a pricing model of Probability (disability rate) × Claims Cost and a single rate for all policyholders. The results indicate that a pricing premium increase of 16% would compensate the increase in the retirement age. The third part of this document allows to study the stress scenario of increasing the retirement age by three years on capital requirements and technical provisions of the Solvency II Directive. It results from the stress scenario, a 48% increase in technical provisions for up three years of retirement and 46% with the increase of the rate. We have used the model of the standard formula for the evaluation of this stress scenario on the capital requirement. It results in an increase of 1.2% of the SCR for up three years of retirement and 1.4% with the increase of the rate. This causes a deterioration of the insurer’s solvency ratio of 292% to 267%.

Mémoire complet