Mémoire d'actuariat

Bridging : Mise en place d\'un outils de validation du modèle ALM Epargne
Auteur(s) BOUZINAB Faris
Société BNP Paribas Cardif
Année 2016
Confidentiel jusqu'au 10/11/2018

Résumé
La réforme Solvabilité II initiée depuis quelques années et entrée en vigueur en 2016, est une réforme de la réglementation européenne du monde de l'assurance qui a pour objectif d'harmoniser et d'améliorer l'évaluation et le contrôle des risques des sociétés d'assurance en Europe. Pour satisfaire cette nouvelle norme avec toutes ses contraintes financières et comptables, l'assureur se trouve dans l'obligation de se doter d'un modèle de projections des flux qui lui permettra de répondre aux différentes questions de la nouvelle réglementation, de mieux maitriser ses risques et de piloter sa rentabilité. En effet, un modèle de projection de flux vise à projeter la réalité le plus fidèlement possible et donc constitue un point d'appui et d'aide pour la prise de décision. Cependant, dans un environnement assez complexe, son utilisation doit être faite avec lucidité et à bon escient. En général, l'utilisation des modèles assez complexes dont l'application suppose la validation de certaines hypothèses, fait que le choix du modèle utilisé pourrait biaiser les résultats et induire des erreurs au niveau de la prise de décision. Ainsi, une bonne compréhension des capacités et des limites du modèle constitue un enjeu majeur dans le cadre de la directive Solvabilité II. De tels risques sont considérés comme un risque de modèle, qui reste encore peu abordé dans le monde assurantiel. Sa maîtrise passe par l'intégration d'un ensemble de processus de gouvernance et de validation du modèle destiné à vérifier la qualité des données, la validité des traitements effectués et la cohérence des résultats. Une démarche d'amélioration continue du modèle et du système de contrôle des risques dans lequel il se trouve intégré est donc nécessaire. L'objectif de ce mémoire est donc de proposer une démarche permettant une meilleure compréhension et analyse de sensibilité du modèle d'interaction Actif-Passif (ALM) utilisé chez BNP Paribas Cardif.

Abstract
Solvency 2 reform initiated in recent years and started officially in 2016, is a reform of the European regulation of the insurance world, which aims to harmonize and improve the evaluation and control of risk of insurance companies in Europe. To respect this new standard with all its financial and accouning constraints, the insurer is obliged to have a Cashflows projection model that will allow him to answer the various questions of the new regulations, better control its risk and drive his profitability. Indeed, a Cashflows projection model is designed to project the reality as closely as possible, so it is a point of support and help decision making. However, in a rather complex environment, its use must be made clearly and wisely. In general, the use of complex models whose application requires the validation of certain assumptions, leads to that the choice of the model used could skew results and lead to errors in decision making. Thus, an understanding of the capabilities and limitations of the model is a one of the big challenge in the context of Solvency II. Such risks are considered as risk model, which is still little discussed in the insurance world. Its control requires an integration of a set of governance processes and validation of the model to verify data quality, validity of treatments performed and the consistency of results. A continuous improvment of model and risk control system in which it is built is needed. The aim of this work is to propose an approach to have a better understanding and finer sensitivity analysis af Asset Liability interaction Model (ALM) used at BNP Paribas Cardif.

Mémoire complet