Mémoire d'actuariat

Enjeux et risques liés à la titrisation dans le secteur de la banque, cas des RMBS
Auteur(s) SOW Abdoulaye
Société BPCE
Année 2019
Confidentiel jusqu'au 02/12/2020

Résumé
Dans ce mémoire, on s'intéresse à la titrisation dans le secteur bancaire qui s'est considérablement développée ces dernières années et notamment, et de manière paradoxale depuis la crise financière de 2007-2008. Ce développement est en effet paradoxal car cette crise financière est attribuée en grande partie (ou du moins sa propagation) à la titrisation et notamment la titrisation des subprimes aux Etats-Unis. Cependant lors de cette crise les établissements bancaires ont été obligés, en raison de la fermeture des marchés financiers, de recourir très largement aux opérations de refinancements des banques centrales : la BCE en particulier pour les banques de l'Eurozone. Ce besoin d'accès aux refinancements de la banque centrale s'est traduit par une nécessité absolue pour les établissements bancaires de disposer d'une réserve suffisante d'actifs éligibles pouvant être cédés à la Banque Centrale à titre de garantie ou collatéral. Pour disposer de ces collatéraux une intense activité de transformation s'est développées au sein de banques européennes : la transformation d'actifs illiquides non éligibles (comme par exemple les crédits immobiliers et les crédits à la consommation) comme collatéral en actifs éligibles. Cette transformation s'est faite par le biais de la titrisation. Cependant, contrairement aux opérations de titrisations classiques qui avaient pour but de refinancer une activité commerciale, ces titrisations ne sont pas émises sur les marchés financiers mais généralement conservées par les banques (on parle alors de titres retenus). Ces opérations s'accompagnent cependant de divers risques qui doivent être appréhendés tout au long de la vie de ces fonds de titrisation. La plupart des fonds de titrisation émettent des titres notés AAA par une, deux ou trois agences de notation. Il est donc important pour l'émetteur dès la phase de structuration du programme de titrisation mais aussi tout au long de la vie de ce dernier de s'assurer que les risques liés à une évolution défavorable des taux d'intérêt sont maîtrisés. Par ailleurs, les titrisations retenues n'ayant pas de valeur de marché observable, il est important de disposer d'outils et de modèles permettant d'avoir une valeur indicative de ces titres. Ce mémoire tente de répondre à ces diverses questions et interrogations pouvant entourer ces structures et les titres qu'elles émettent. Après une présentation du groupe BPCE et des enjeux de titrisation pour le secteur bancaire en Chapitre 1, nous présenterons au Chapitre 2 une structure type de titrisation RMBS (Residential Mortgage-Backed Securities) avec en illustration le fond BPCE Maset Home Loans mis en place en Mai 2014. Ensuite en introduction de la simulation des cash-flows d'un portefeuille de créances , nous présenterons au Chapitre 3 les principes de modélisation des cash-flows d'un crédit immobilier et plus globalement d'un portefeuille de créances immobilières. L'évolution des taux d'intérêt, et ses conséquences en termes de remboursements anticipés, étant le principal risque pur un fond RMBS, nous présenterons au Chapitre 4 une introduction aux modèles de survie très répandu dans la modélisation des taux de remboursement anticipé, avant de présenter au Chapitre 5 un aperçu global des principes de modélisation des tau d'intérêt. Au Chapitre 6 nous présenterons quelques modèles de défaut et notamment un calibrage d'un modèle Logistique illustrée par des données historiques de BPCE Master ML. Enfin au Chapitre 7, nous présenterons le principal risque que représente l'évolution des taux de remboursements anticipés sous l'effet de l'évolution des taux d'intérêt. Nous présenterons aussi le principe de valorisation d'un RMBS.

Abstract
In this thesis, we are interested in securitization in the banking sector which has grown considerably in recent years and in particular, and paradoxically since the financial crisis of 2007-2008. This development is indeed paradoxical because this financial crisis is largely attributed (or at least its propagation) to securitization and in particular to the securitization of subprimes in the United States. However, during this crisis, financial institutions were forced, due to the closing of the financial markets, to make extensive use of refinancing operations from central banks: the ECB in particular for banks in the Eurozone. This need for access to central bank refinancing has resulted in an absolute need for financial institutions to have a sufficient reserve of eligible assets that can be assigned to the Central Bank as collateral. To have this collateral in their balance sheet, an intense transformation activity has developed within European banks: the transformation of illiquid assets that are not eligible (such as, for example, mortgage loans and consumer loans) as collateral into eligible assets; This transformation was done through securitization. However, unlike traditional securitization operations which aimed to refinance a commercial activity, these securitizations are not issued on the financial markets but generally kept by banks (this is called retained securities). However, these operations are accompanied by various risks which must be understood throughout the life of these securitization funds. Most securitization funds issue securities rated AAA by one, two or three rating agencies; These issues are subject to very strict supervision by the rating agencies. It is therefore important for the issuer from the structuring phase of the securitization program but also throughout the life of the latter to ensure that the risks linked to an unfavorable change in interest rates are controlled. In addition, since the securitizations used do not have an observable market value, it is important to have tools and models to have an indicative value for these securities. This dissertation attempts to answer these various questions and questions that may surround these structures and the titles they emit. After a presentation of Groupe BPCE and securitization issues for the banking sector in Chapter 1, we will present in Chapter 2 a typical RMBS (Residential Mortgage-Backed Securities) securitization structure with the BPCE Master Home Loans fund set up as an illustration. May 2014. Then, as an introduction to the simulation of the cash flows of a loan portfolio, we will present in Chapter 3 the principles of modeling the cash flows of a mortgage and more generally of a portfolio of mortgage loans. The evolution of interest rates, and its consequences in terms of prepayments, being the main risk for an RMBS fund, we will present in Chapter 4 an introduction to the very widespread survival models in the modeling of prepayment rates, before to present in Chapter 5 an overview of the principles of interest rate modeling. In Chapter 6 we will present some fault models and in particular a calibration of a Logistics model illustrated by historical data from BPCE Master ML. Finally in Chapter 7, we will present the main risk posed by the evolution of prepayment rates due to the evolution of interest rates. We will also present the valuation principle of an RMBS.