Mémoire d'actuariat

Enjeux et modélisation de l'ajustement pour risque sous la norme IFRS 17
Auteur(s) VELUT Marion
Société CNP Assurances
Année 2019
Confidentiel jusqu'au 25/09/2020

Résumé
Très peu de temps après l'entrée en vigueur de la norme prudentielle Solvabilité 2, la norme IFRS 17 fait déjà son apparition et vient bouleverser le domaine de l'assurance. Solvabilité 2 a permis de définir de nouvelles notions tells que le best estimate, représentant la meilleure estimation des provisions techniques de la compagnie, ou la marge de risque, désignant le montant à ajouter à ces provisions afin de garantir une sécurité en cas d'incertitude d'estimation. La norme comptable IFRS 17, traitant des passifs d'assurance, présente de nombreuses similitudes avec Sovlabilité 2. En effet, nous retrouvons notamment les éléments de best estimate et d'ajustement pour risque. En revanche, la norme IFRS 17 non encore en application, regroupe de nombreux principes non explicités, souvent soumis à interprétation de la part de l'assureur, notamment en ce qui concerne l'ajustement pour le risque. En effet, une différence notable avec Solvabilité 2 est à prendre en compte : la marge de risque est obtenue grâce à la méthode de coût du capital tandis qu'IFRS 17 ne prescrit aucune méthode de calcul pour l'ajustement pour le risque. C'est pourquoi, nous avons décidé de nous intéresser à cette partie de la norme. Afin de répondre à la question : "Quelle méthode utiliser pour le calcul de l'ajustement pour risque ?", nous avons envisagé des méthodes inspirées de celle par coût du capital. Nous avons aussi proposé une méthode basée sur la dérive des risques techniques. Le but est ainsi d'obtenir différents montants d'ajustement pour risque afin de les comparer et de mesurer les impacts de ceux-ci sur le bilan et le compte de résultat IFRS 17. Nous en avons alors conclu que les résultats obtenus étaient cohérents et conformes à l'attendu, mais la décision finale de retenir une méthode plutôt qu'une autre appartient à la compagnie. En effet, la décision de la méthode à retenir est notamment conditionnée par l'aversion au risque de l'entreprise et ses choix de management interne.

Abstract
Very shortly after the prudential norm Solvency 2 came into effect, the IFRS 17 norm, which had already been published, was set to disrupt the insurance industry. Solvency 2 allowed for new notions such as the best estimate, which corresponds to the best estimation of an insurer's technical reserves, or the risk margin, which designates the quantum added to these reserves in order to ensure solvency despite the risk for misestimation. The accountability norm IFRS 17, focused on insurance liabiities, presents many similarities with Solvency 2, such as the concepts of best estimate and risk adjustment. However, IFRS 17, which is not in effect yet, hold many non-explicit principles that are often left to the insurer's interpretation, namely concerning the risk adjustment. Indeed, a major difference needs to be taken into consideration : within Solvency 2, the risk margin is obtained through a capital cost method, whereas IFRS 17 doesn't prescribe a method to obtain the risk adjustment. For this reason, we have decided to focus on this aspect of the norm. In order to answer the question : "Which method can be used for the calculation of the risk adjustment ?", we have considered two main methods. The first is inspired from the capital cost method, the second is based on the deviation of risks. The subsequent goal is to obtain different quanta for the risk adjustment in order to compare them and observe the impact of the latter on the IFRS 17 profit and loss account. We have concluded after the following analysis that the obtained results were coherent and expected, but the final decision to pick one method over the other belongs to the insurance company. Indeed, the decision is namely conditioned by the risk aversion of the latter and its internal management process.