Mémoire d'actuariat

La révision Solvabilité II en épargne retraite : le défi de la FNMF
Auteur(s) ALVES J-B.
Société Pericles Actuarial
Année 2020
Confidentiel jusqu'au 08/12/2022

Résumé
Fin 2019, la FNMF souhaite être en capacité de visualiser de manière dynamique l’évolution de la solvabilité de chacune de ses mutuelles d’épargne retraite, et également de pouvoir anticiper les conséquences de la seconde clause de révision de Solvabilité 2 à travers des études d’impact dans le cadre de la consultation menée par l’EIOPA sur ce sujet. L’objectif est également de pouvoir fournir aux mutuelles qui le souhaitent des éléments de comparabilité tant sur les hypothèses de modélisation que sur les résultats d’un scénario donné. Après une analyse faisant apparaître l’hétérogénéité importante qui existe parmi les entités concernées, la méthodologie d’agrégation est explicitée, consistant en la construction d’une mutuelle représentative baptisée Mutualité Française Epargne Retraite (MFER). En utilisant principalement les rapports narratifs et états quantitatifs destinés au superviseur, et en s’appuyant sur un logiciel de modélisation actifs passifs de place, l’étude s’est appliquée à respecter la pertinence de la mutuelle artificielle dans un souci d’uniformisation, ainsi que sa cohérence avec les mutuelles qu’elle représente. Les études d’impact réalisées par la suite, sur la révision de Solvabilité 2, en particulier sur les problématiques relatives aux taux telles que l’extrapolation de la courbe des taux, la révision du SCR taux et l’ajustement pour volatilité, se sont étendues à d’autres sujets comme l’autorisation à comptabiliser une fraction de la PPB dans les fonds propres ou la crise due à la Covid-19, qui a bouleversé le calendrier de la révision 2020 tout comme les préoccupations des acteurs du marché. Cette phase d’analyses a permis de souligner une forte sensibilité de ce type d’entités aux scénarios étudiés, avec des variations du ratio de solvabilité comprises entre -52 et 30 points de pourcentage.

Abstract
At the end of 2019, the French federation of mutual societies expressed its wish to be able to rely on a new tool that would allow the federation to both know the solvency of its member societies at any time and to conduct impact studies for the purpose of the 2020 review of Solvency 2. After a review which showed the significant heterogeneity among the six mutuals from which the project will be built, the aggregation methodology is explained. Using narrative and quantitative reports and relying on a ALM modeling software, an artificial mutual society is built with respect to both the relevance of the standardized artificial mutual, and its consistency with the mutuals it is supposed to represent. The studies were initially planned on the only Solvency 2 review, in particular on the issues relating to interest rates such as the extrapolation of the yield curve, the calculation method of the interest rate SCR and the volatility adjustment. However, other subjects have appeared with the rich news in the last few months. On the one hand, there is the decision of the French supervisor, at the end of December 2019, authorizing life insurers, except the mutual societies, to recognise a portion of the provision for profit-sharing in their own funds. On the other hand, there was the emergence of the Covid-19 crisis, which disrupted the 2020 review calendar as well as the concerns of market players. These analyses highlighted a high sensitivity of this type of life insurers to the scenarios examined, with variations in the solvency ratio between -52 and 30 percentage points.