Mémoire d'actuariat

Les décisions futures de gestion peuvent-elles avoir des effets pervers sur la solvabilité d'une entreprise d'assurance vie ?
Auteur(s) DORMOY Guillaume
Société FIXAGE
Année 2019

Résumé
Pour établir un bilan prudentiel Solvabilité II, les assureurs doivent pouvoir évaluer leurs flux de trésoreries futurs sur un horizon de projection long. Ils doivent donc anticiper les revalorisations des contrats et la ré-allocation des actifs. C'est la raison pour laquelle les assureurs ont recours aux décisions futures de gestion qui sont essentielles au calcul de la solvabilité sous Solvabilité II. Ce sont des règles préalablement définies qui décrivent ce que l'entreprise d'assurance fera conditionnellement à la réalisation d'un évènement. Ces décisions sont réglementées par la Directive : elles doivent être approuvées par l'organe de direction de l'entreprise avant d'être mises en place. Elles ne doivent pas être contraires aux engagements que l'entreprise d'assurance a envers ses assurés. Un plan de décisions futures de gestion doit être mis en place par l'entreprise d'assurance qui doit tenir compte des effets sur la solvabilité à court et à moyen terme. Les décisions futures de gestion auxquelles nous nous sommes intéressés consistent à diminuer l'allocation d'actions au profit d'obligations dans des situations de taux bas prolongé et de taux élevé. Nous obtenons deux ratios de solvabilité à court terme : la comparaison des ratios de solvabilité à court et à moyen terme en présence ou pas de décisions futures de gestion permet de montrer que ces décisions augmentent le ratio de solvabilité à court terme au détriment du ratio de solvabilité à moyen terme. À court terme, le ratio de solvabilité est plus important quand une des décisions futures de gestion est mise en place. A moyen terme, le ratio de solvabilité moyen est moins important quand une des décisions futures de gestion est mise en place. Les entreprises d'assurance devraient optimiser les décisions futures de gestion par la transversalité de la fonction gestion des risques et de la fonction actuarielle.

Abstract
In order to establish a Solvency II prudential balance sheet, insurers must be able to assess their future cash flows over a long projection horizon. They must therefore anticipate the revaluation of contracts and the reallocation of assets. This is why insurers use management actions that are essential to Solvency II solvency calculations. These are pre-defined rules that describe what the insurance company will do conditionally to the completion of an event. These management actions are regulated by the Directive: they must be approved by the management body of the company before being implemented. They must not be contrary to the undertakings that the insurance company has towards its insured. A management actions plan must be put in place by the insurance company which must take into account the effects on solvency in the short and medium term. The management actions which we have focused on are reducing the allocation of shares to bonds in situations of prolonged low rates and high rates. We obtain two short-term solvency ratios: A comparison of short and medium-term solvency ratios with or without management actions will show that these management actions increase the short-term solvency ratio at the expense of the long-term solvency ratio. The use of a valuation and projection tool allowed us to perform our calculations. In the short term, the solvency ratio is higher when one of the management actions is implemented. In the medium term, the average solvency ratio is lower when one of the future management decisions is implemented. Insurance companies should optimize management actions through the cross-functional nature of the risk management function and the actuarial function.

Mémoire complet