Mémoire d'actuariat

Ratio de couverture Solvabilité II d\'un contrat d\'épargne en euros, quels leviers de pilotage pour l\'assureur
Auteur(s) GERONDEAU Estelle
Société ACTUARIS
Année 2017

Résumé
La directive Solvabilité II a pour ambition de constituer un moyen de comparaison des entreprises d'assurance, à la fois pour les assurés et pour les analystes financiers. Afin d'évaluer leurs indicateurs économiques dans le cas de contrats d'épargne en euros, les assureurs font appel à des modèles de projection dit "modèles ALM" qui permettent de projeter et de suivre l'activité de la compagnie. Cependant, certaines méthodologies calculatoires sont choisies librement par l'assureur et influent de ce fait sur les résultats de ces modèles. De même, la prise en compte de certaines mesures mises en place par l'EIOPA ainsi que la compréhension de la réglementation par les assureurs ont un impact significatif sur les indicateurs économiques et in fine, sur les résultats communiqués. L'objectif de ce mémoire est d'étudier la sensibilité des indicateurs clés de Solvabilité II aux choix d'hypothèses de modèle et à l'utilisation des mesures transitoires proposées par l'EIOPA. A ce titre, nous nous intéressons à trois groupes de Management actions, ou leviers de pilotage : les Management actions liés aux hypothèses de projection, les Managements actions liés aux changements d'allocation d'actifs et les Management actions liés à l'utilisation des mesures transitoires. Les résultats obtenus montrent que l'utilisation de la loi de rachats dynamiques maximale des ONC peut engendrer une amélioration du ratio de couverture Solvabilité II, par rapport aux autres lois préconisées. En revance, la méthode de roulement de Provision pour Participation au Bénéfice (PPE) permettant d'atténuer les reprises fiscales et les règles de réalisation de plus ou moins-value latentes apparaissent comme peu influentes sur l'absorption des chocs par les provisions techniques. Ces deux Management actions permettent cependant de diminuer le coût des options et garanties. Par ailleurs, l'étude de la sensibilité du ratio de couverture économique au plafond maximal de PPE a permis de constater que ce plafond avait un impact significatif. Il en va de même lorsque les tèles de réalisation de plus ou moins-values latentes sont activées lorsque l'écart entre le taux cible et le taux servi dépasse un certain seuil. Enfin, les impacts des mesures transitoires mises en place par l'EIOPA apparaissent comme très significatifs sur la solvabilité de l'assureur. Plus généralement, les résultats mis en avant au travers de ces études permettent aux assureurs de mesurer l'importance de certains choix de modélisation sur le Best Estimate, le capital requis et le ratio de couverture économique.

Abstract
The Solvency II framework allows financial analysts to compare different insurance companies using various indicators. For a life insurance company, an ALM model is required to simulate the projection of the company’s activity and to then fulfill the quantitative requirements of Solvency II. Some hypothesis which drive the ALM model can be freely chosen by the insurance company and hence, change the final results. Moreover, the consideration of some of the transitional measures and the interpretation of the regulation may have a significant impact on the economic indicators and ultimately on the results delivered to the financial analysts. The aim of this paper is to measure both the impact of using transitional measures on the metrics required by Solvency II and the impact of the possible choices an insurer could make within an ALM model. Particular attention will be paid to three “Management actions” subsets: the management actions related to the model hypothesis, the asset management and the management actions related to the use of transitional measures. The results of the study showed that the use of severe dynamic surrender rates strangely generates a higher Solvency ratio. However, the profits sharing provision management, allowing to reduce taxes, and some rules of unrealized gains/losses management, did not seem to have an impact on the adjustment for loss absorbency of technical provisions and hence on the solvency. Nevertheless, these two management actions led to reduce the time value of financial options and guarantees. Furthermore, the level of the upper limit of the profits sharing provisions has a significant impact on the solvency ratio. The same conclusion can be drawn when the rules of unrealized gains/losses management were activated in case of a large gap between the target rate and the rate credited to policyholders. Finally, the transitional measures seemed to be very significant regarding the insurer’s solvency. The outcomes highlighted throughout this study will allow the insurers to be aware of the impact that some modeling choices can have on Solvency II metrics.

Mémoire complet