Mémoire d'actuariat

Prise en compte de l\'horizon d\'investissement pour l\'évaluation du besoin en fonds propres liés aux actions
Auteur(s) SAANOUNI Slim
Société CNP Assurances
Année 2018

Résumé
L’environnement réglementaire s’est développé dans un climat boursier dégradé par la crise de 2008. De plus, l’environnement économique actuel et incertain, dans lequel la faiblesse des rendements obligataires est combinée à des pics de volatilité sur les marchés actions, complique les défis que les assureurs doivent relever dans leur politique d’investissement long terme. La Directive Solvabilité 2, mise en application au 01/01/2016, a entraîné de nombreux changements pour les assureurs sur l’évaluation et le contrôle des risques et plus particulièrement sur la manière de calculer le niveau de fonds propres minimum à détenir, appelé SCR. Ces changements ont un impact sur la gestion de l’activité financière des compagnies. Un premier constat est que si les investissements en actions impactent plus sensiblement le SCR et la VIF qu’en environnement de taux plus élevé, et ce malgré que le besoin en source de rendement additionnel par la diversification soit plus essentiel. De plus, le choc action semble être le plus prépondérant dans le SCR marché. C’est en ce sens que le niveau du choc action a été jugé pénalisant par certains assureurs de la place. Nous présentons dans un second temps 3 stratégies de réduction du coût de portage des actions, tout en illustrant leurs limites, et le problème de robustesse de l’allocation stratégique qui en découle. Puisque Solvabilité intègre 2 clauses de revues de la formule standard, dont une en 2018, un groupe de travail a été constitué à la FFA afin de repenser le choc action en formule standard. Ainsi, l’objectif de ce mémoire est de proposer un calibrage du choc action tenant compte de l’horizon d’investissement de l’assureur, et d’illustrer l’impact de ce nouveau calibrage chez les assureurs. Les réflexions se sont appuyées autour d’éléments réglementaires existants, ainsi que sur la méthodologie de calibrage du choc action en formule standard actuel. Notre calibrage s’appuie sur l’hypothèse suivante : si un organisme d’assurance démontre qu’il a des engagements de long terme et qu’il peut honorer ses engagements dans des conditions très dégradées sans réaliser de cessions actions forcées, il devrait pouvoir bénéficier d’un choc action qui soit fonction de son horizon d’investissement. Les travaux menés ont permis de créer un outil de calibrage, qui peut ajuster une loi de probabilité à un jeu de données, tout en testant la validité du calibrage grâce à des tests statistiques, afin de déterminer l’allure du choc action en fonction de son horizon d’investissement. Dans un second temps, il a fallu proposer une méthodologie pour démontrer la capacité d’un assureur à honorer ses engagements, même en conditions défavorables. Nous avons pour cela conçu un stress de liquidité sur le périmètre de l’épargne. Le nouveau calibrage a permis d’augmenter le ratio de couverture de 3 points. Ceci se justifie notamment par le fait que dans notre exemple, l’assureur à démontrer que la durée d’écoulement de ses engagements et sa durée de liquidité est supérieure à 12 ans.

Abstract
The regulatory environment has been developed in a market climate deteriorated by the crisis of 2008. In addition, the current uncertain economic environment, where the low bond yields are combined with peaks of volatility in equity markets, complicates the challenges that insurers face in their long-term investment policy. The regulatory framework Solvency 2 implemented since the 1st of January, 2016, has led to profound changes in risk assessment and control, especially in the way insurance companies used to determine the amount of own funds to be held namely the SCR. Financial activity has now a strong impact on this regulatory capital level. A first observation is that equity investments have a greater impact on SCR and VIF than on a higher interest rate environment, despite the fact that the need for additional return through diversification is more essential. In addition, the equity stress seems to be the most prominent in the SCR market. It is in this way that the level of the equity stress was considered penalizing by some insurers of the place. We then present 3 strategies to reduce the cost of investing on equities, while illustrating their limits, and the problem of robustness of the strategic allocation that results. Since Solvency incorporates 2 clauses of reviews of the standard formula, including one in 2018, a working group has been set up at the FFA to rethink the action shock in standard formula. Thus, the objective of this thesis is to propose a calibration of the equity stress taking into account the long-term investment of insurers, and to illustrate the impact of this new calibration on insurers. The reflections were based on existing regulatory elements, and on the methodology of the current equity stress calibration. Our calibration is based on the following hypothesis: if an insurer demonstrates that it has long-term liabilities and that it can honor its liabilities under very degraded conditions without making any forced share disposals, it should be able to benefit from an equity stress depending on its investment horizon. The work has led to the creation of a calibration tool, which can adjust a probability law to a dataset, while testing the validity of the calibration through statistical tests, to determine the pace of action shock as a function of its investment horizon. In a second step, it was necessary to propose a methodology to demonstrate the ability of an insurer to honor its commitments, even in adverse conditions. For this we have designed a liquidity stress on the perimeter of savings. The new calibration increased the coverage ratio by 3 points. This is particularly justified by the fact that in our example, the insurer has to demonstrate that the duration of its commitments and its duration of liquidity is greater than 12 years.

Mémoire complet