Mémoire d'actuariat

Les Fonds Euros, enjeux et perspectives pour les assureurs et pour les épargnants
Auteur(s) MONTAGNE Pierre
Société Swiss Life
Année 2017
Confidentiel jusqu'au 21/05/2018

Résumé
L'assurance vie est un produit d'épargne permettant de constituer un capital en cas de vie et de le transmettre en cas de décès. De par son attractivité fiscale et son niveau de rendement, elle a vu son encours doubler entre 2004 et 2006, passant de 830 à plus de 1 600 milliards d'euros, majoritairement sur le Fonds Euros. Ce dernier, principalement composé d'obligations, offre une rémunération attractive en comparaisons des autres produits d'épargne. Cependant, face à la baisse continue des taux d'intérêt, le rendement des Fonds Euros s'effrite, passant de plus de 5% en 2000 à moins de 2% en 2016, du fait de l'arrivée à terme des obligations rémunératrices du passé et de leur réinvestissement dans de nouveaux placements à plus faible rémunération. Cette tendance pénalise pour plusieurs années le rendement des Fonds Euros. Face à cette situation, les assureurs orientent progressivement leurs clients vers des produits plus risqués type Unités de Compte (UC), l'immobilier et dans une moindre mesure, les contrats Eurocroissance, avec des rendements revus à la hausse en fonction de la part d'UC détenue. Ainsi, l'idée est de faire supporter davantage de risque aux assurés en leur promettant des rendements plus élevés par la suite. Cette situation de taux bas en Europe n'est pas sans rappeler la crise de l'assurance vie des années 1990 au Japon, faisant craindre pour la solvabilité des assureurs, notamment en cas de brusque remontées des taux. En effet, face à ces produits plus rémunérateurs, les assurés seraient tentés de racheter massivement leurs contrats. Ceci obligerait les assureurs à vendre des titres obligataires en réalisant des pertes du fait de la hausse des taux. L'impact du rachat massif des contrats est à prendre en compte dans les différentes modélisations, notamment dans le cadre de Solvabilité II.

Abstract
Life insurance is a savings product providing the opportunity to get a capital in case of life and to transfer it in case of death. With its fiscal advantage and its level of yield, the size of life insurance total funds outstanding doubled between 2004 and 2016, from 830 to more than 1 600 billion Euros, mostly on the Euro Funds. This type of funds, mainly made up of bonds, provides an attractive yield compared to the other savings products over the market. However, regarding the continuous decline of interest rates, performances of the Euro Funds are gradually decreasing, from more than 5% in 2000 to less than 2% in 2016. due to expiration of profitable bonds and the reinvestment in bonds with lower yield. This penalize for many years the performance of Euro Funds. In this environment, insurers incite their clients to shift towards Unit Link products (UL), real estate, and in a lower extent, Eurocroissance contract, more risky but more profitable with the share of UL in the contract. Thus, the stratey is to transfer the risk from insurers to policyholders, by providing them more profitable yields in the future. This situation of low interest rates is reminding the crisis of life insurance in Japan during the 1990's, and seems to be a threat to the solvency of the insurers, particularly in case of sudden increase of interest rates. Hence, with more profitable products available, policyholders could be tempted to get back their contracts, which should force the insurers to realize losses on investment, and especially on bonds, regarding the increase of rates. The impacts of this massive surrender have to be taken into account in the different models under Solvency II.

Mémoire complet