Mémoire d'actuariat

Cohérences et incohérences d\'une démarche USP : comment dépasser l\'exigence réglementaire pour recalibrer le risque propre à une compagnie d\'assurance non-vie ?
Auteur(s) BURBAN Adrien
Société Périclès Actuarial
Année 2017
Confidentiel jusqu'au 19/10/2022

Résumé
En assurance vie, les risques majeurs sont principalement liés à l'activité même et à la qualité des risques souscrits par la compagnie. Les risques liés aux actifs financiers (et généralement décorrélés de l'activité d'assurance non-vie) sont moins prépondérants. Ainsi, le risque porté trouve sa source dans l'incertitude liée aux coût des sinistres, propres à chaque compagnie d'assurance. Le calcul du SCR de Souscription Non-vie repose sur l'estimation de paramètres de volatilité calibrés par l'EIOPA au niveau européen. Ces paramètres ont évolué entre les différents exercices préparatoires (QIS) avant d'être arrêtés pour la mise en vigueur de la Directive Solvabilité II au 1er janvier 2016. L'EIOPA a lancé en décembre 2016 une consultation pour réviser le calibrage de la Formule Standard et souhaite recalibrer les paramètres de volatilité de cinq branches d'activité non-vie et santé non-vie. Cette révision justifie pleinement le questionnement de la méthode de calibrage des paramètres de la Formule Standard. Calibrés en 2009, ces paramètres sont-ils toujours représentatifs de l'activité d'assurance non-vie sur le marché européen ? Dès lors, afin de prendre en compte les données propres à l'assureur, l'EIOPA propose un cadre réglementaire afin d'ajuster le capital immobilisé à l'activité au risque réellement porté. Cette démarche, appelée démarche USP (Undertaking Specific Parameter) consiste à recalibrer les paramètres de volatilité de la Formule Standard à partir des données propres d'une entreprise. Les modèles de calibrage d'USP étant très proches de ceux utilisés pour le calibrage de la Formule Standard, la mise en place d'une telle démarche présente un intérêt majeur pour appréhender le capital immobilisé dans l'environnement standard, et ainsi justifier son adéquation avec le risque réellement porté par une compagnie d'assurance non-vie.

Abstract
EIOPA has set in December 2016 a consultation paper to review some specific items of the Standard Formula under Solvency II. The volatility parameters if five lines of business in the non-life and health activity (credit & suretyship, assistance, legal expense, workers' compensation) are expected to be modified. Under the non-life risk model, these volatility parameters are the inputs of the calculation of the Non-Life Underwriting SCR. This model enables us to question the methodology used to calibrate the parameters of the Standard Formula. Are these parameters (which have been calibrated in 2009) still in line with today's market conditions? Moreover, is it legitimate to recalibrate the parameters of the other lines of business? Thus, how is it possible to justify that, for one given insurance company, the amount of capital is adequate regarding the risk of the portfolio of the company? The major risks for the non-life activity are directly linked to the risk profile of the contracts and the quality of the written business. The risk due to financial markets is less important for a non-life company. Thus, the risk is mainly explained by the uncertainty of the amount of losses (which are specific to each company). To calibrate the risk with the activity of the insurer, EIOPA gives a legal disposition to adjust the amount of capital to the specific risk. Under specific circumstances, an insurance company could recalibrate the volatility parameters through a USP (Undertaking Specific Parameter) project. The methodology to apply is directly linked to the one used for the calibration of the Standard Formula. However, the assessment by the regulator is very strict. There are many steps which are mandatory for any insurance company wishing to recalibrate the volatility parameters.